هل تريد التفاعل مع هذه المساهمة؟ كل ما عليك هو إنشاء حساب جديد ببضع خطوات أو تسجيل الدخول للمتابعة.



 
البوابةالرئيسيةالتسجيلدخول

 

 Qu’est-ce qu’un auteur… pour une victime ? P. PIGNOL

اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
المدير أ/ طه العبيدي
Admin
المدير أ/ طه العبيدي


عدد الرسائل : 5239
الإسم و اللقب : رجال القانون
نقاط : 5737
تاريخ التسجيل : 19/01/2008

Qu’est-ce qu’un auteur… pour une victime ? P. PIGNOL Empty
مُساهمةموضوع: Qu’est-ce qu’un auteur… pour une victime ? P. PIGNOL   Qu’est-ce qu’un auteur… pour une victime ? P. PIGNOL Emptyالأحد نوفمبر 12, 2017 1:58 pm





Qu’est-ce qu’un auteur… pour une victime ?
P. PIGNOL









Résumé
Si l’on peut s’autoriser à évoquer un couple auteur/victime, ce serait à la première condition de
reconnaître que ce « couple » n’a pas du tout la même réalité ni le même sens selon qu’on l’analyse du
point de vue de l’auteur ou du point de vue de la victime : pour le premier la victime est une personne
plus ou moins totalement prédéterminée par ses schémas criminels, pour la seconde l’auteur, en même
temps que la victime, sont des positions restant à élaborer.
Et ça n’est pas parce que le processus judiciaire va dans les meilleurs des cas être à même de distribuer
ces places entre les protagonistes d’un événement que les victimes vont automatiquement intégrer
cette distribution. Car celles-ci, plus ou moins totalement dessaisies des repères internes nécessaires à
la construction de ces positions, vont rester en grande partie déterminées par les déliaisons
constitutives de l’événement et instruire leur propre instruction, et leur propre procès, avec leurs
instances et modes de représentation internes désormais défaillants.
L’auteur alors, faute de pouvoir véritablement s’élaborer comme position indépendante, devient soit
une place vacante devant être occupée, soit un vécu d’insécurité pouvant infiltrer toute la trame de
l’existence et donner progressivement lieu à des réaménagements pathologiques variés (identification
à l’agresseur, culpabilité…)
Les deux couples auteur/victime
L’on supposera acquise l’idée qu’il n’existe pas un « couple » auteur/victime, mais deux, et qu’entre le
« couple » auteur/victime de l’auteur et le couple auteur/victime de la victime il existe une fausse
symétrie, à la manière du « duo » sado-masochiste dont G. Deleuze a très bien montré qu’il fallait en
dédoubler la compréhension selon qu’il était conçu par le sadique ou le masochiste, la position sadique
du sadique n’ayant rien de comparable avec celle construite par le masochiste et inversement.
Ca n’est qu’à avoir parfois pris pour argent comptant certains motifs donnés par les auteurs de leurs
actes, les justifiant après coup par certaines caractéristiques (comportementales ou autres) présentées
par la victime
2
, que l’on a pu croire leur rencontre comme ayant été conjointement sinon désirée, du
moins déterminée
3
.
De même, du côté des victimes, l’on a trop souvent été insuffisamment attentif au caractère
rétrospectif de leurs tentatives de constitution d’un sens personnel à l’événement, cela malgré les
avertissements répétés de certains auteurs comme L. Crocq relatifs à « l’aliénation traumatique » et à
« l’illusion rétrospective » à partir desquelles ces tentatives s’élaboraient : l’événement, quant il a été
traumatique peut en effet constituer pour le sujet, dans un essai défaillant de reconstruction intérieure,
les seules coordonnées à disposition pour ce faire
4
; si bien que par contamination « l’histoire
intérieure de la vie » peut se recomposer et faire l’objet de réélaborations prêtant après coup une valeur
traumatophile à des événements anciens qui jusqu’alors n’en avaient aucune, selon donc un tout autre
mécanisme que celui dégagé par Freud concernant le refoulement d’un souvenir n’acquérant son
pouvoir traumatique qu’au regard de la signification sexuelle qu’il revêt après coup à partir d’un
second événement.


L’on sait maintenant que du point de vue de l’auteur, la victime est une personne qui correspond à un
profil prédéterminé par son mode opératoire et qui est de ce fait susceptible d’entrer dans ses schémas
criminels. Ceci ne signifie d’ailleurs pas qu’elle doive nécessairement présenter un profil
psychologique particulier : ses caractéristiques peuvent être tout à fait circonstancielles (être seule,
dans un lieu particulier ou un type d’espace spécifique, à un moment précis…), morphologique (être
du genre masculin ou féminin, présenter tel trait physique…), vestimentaire, etc. La position de
victime pour l’auteur est donc une place préconstruite obéissant à sa logique criminelle propre et la
personne qui va de force occuper cette place n’y a d’existence qu’au titre des actes prédéterminés
obéissant à son trajet existentiel singulier que sa rencontre rend possibles.
A l’inverse, pour les victimes, à de très rares exceptions près, il n’existe pas un auteur préconstruit en
attente duquel elles seraient et dont par leurs comportements elles provoqueraient le passage à l’acte.
Par contre, ce que l’on peut relever par exemple chez certaines personnes se trouvant itérativement
prises dans des relations violentes (de couple notamment) c’est qu’elles peuvent développer à leur insu
des choix amoureux et des scénarios relationnels hérités de situations infantiles qui, cherchant à tout
prix à les prémunir de certaines formes d’abus, ne font que participer à les précipiter dans des
modalités relationnelles contre lesquelles justement elles tentaient de se prémunir. Par exemple, la
« confiance » en autrui est une exigence d’autant plus vitale que la victime a connu une enfance faite
de conflits entre ses parents autour des infidélités du père et des dépressions de la mère : mais dans la
mesure où elle est d’autant plus vitale qu’elle ne peut jamais être totalement assurée (le partenaire
ayant toujours une certaine autonomie), cette exigence de « confiance » totale donnera lieu à des
vérifications constantes qui pousseront le conjoint à dissimuler tout ce qui pourrait être pris comme
une forme d’écart… et alimente ainsi l’angoisse de l’infidélité. La violence n’est pas recherchée mais
est un aboutissement inéluctable, dans la mesure ou la séparation est impossible : elle est la résultante
d’une dépendance réciproque de chacun des membres du couple à son partenaire et d’une forme de
lutte contre ou de gestion problématique de cette dépendance. D’où la sidération répétitive des femmes
battues découvrant à chaque fois comme si c’était la première fois, la violence de leur nouveau
conjoint alors qu’elles pensaient cette fois-ci avoir tout fait pour se prémunir d’une telle issue.
Quand bien même l’on peut constater que certains choix amoureux (ou amicaux), certains modes de
vie, certaines conduites (que l’on peut alors dire « à risque ») puissent en quelque sorte prédestiner la
personne à être victimisée, cela reviendrait à confondre sa vulnérabilité avec une forme de complicité
(fût-elle inconsciente), et mettre au même plan explicatif le modus operandi de l’un des protagonistes
(l’agresseur) et le modus vivendi de l’autre (l’agressé)
5
. De plus, quand l’on sait que ces formes de
vulnérabilité sont la plupart du temps la manifestation sur le long terme de modes de régulation de
souffrances ayant pour origine des victimisations précoces
6
, il faut concevoir la victimisation répétitive
(ou sérielle
7
) comme symptomatique de victimisations antérieures non prises en charge car jamais
perçues (voire activement déniées) par l’entourage, et non comme l’expression d’une structure
perverse de type masochiste.
En voici un court exemple illustratif. L’on peut dire après coup que le procès s’est finalement très mal
passé pour cette femme, même si l’auteur a été condamné à la peine maximale, si elle-même a eu droit
à des dommages et intérêts importants, si elle a pu s’exprimer comme elle le souhaitait et s’est sentie
« comprise » dans sa souffrance par le tribunal. Qu’est-ce qui alors continue de la tarauder, de faire
matière à ses ruminations et à ses crises de larme quotidiennes ? Ceci : elle s’est trouvée être la
quatrième victime de l’auteur mais la seule qui ait été violée par lui. Le procès s’est évidemment
attaché à trouver une explication à ce fait, et une réponse, que personne n’a reprise et encore moins
contestée, a été fournie par un expert ayant examiné l’auteur et qui a conclu des propos de ce dernier
que c’était parce qu’elle était la seule victime à s’être activement défendue et à avoir crié que
l’agression avait été aussi grave, car cela l’aurait « énervé » et lui aurait fait perdre son contrôle. Toute
sa « culpabilité » va s’engouffrer dans cette explication et elle ne cesse depuis de se reprocher ses

réactions et d’être finalement responsable du caractère sexuel de l’agression.
Dans tous les cas, ce que montre invariablement la clinique victimale c’est un moment initial de
confusion, de sidération voire d’effroi, auquel la personne restera pendant un temps plus ou moins
long littéralement suspendu. Des possibilité internes et des étayages externes à disposition dépendront
deux choses : du caractère traumatique ou non de ce moment initial, de l’intensité et de la durée des
perturbations psychiques qui s’en suivront, que ce moment ait été traumatique ou non.
Quant l’événement a été traumatique cela signifie qu’il a fait voler en éclat les contenants psychiques
et les coordonnées internes qui permettraient justement de le constituer comme événement, de
l’inscrire dans un système de représentation, de lui donner forme et sens : repères spatiaux, temporels,
coordonnées corporelles et émotionnelles, en ont été plus ou moins gravement atteints au point que
tout peut alors faire énigme et intrigue par défaut de constitution et défaut de signification
8
. Il faudra
un temps plus ou moins long (parfois des années) pour émerger de la « catastrophe »
9
que la violence
a provoquée et enfin parvenir à pouvoir s’en représenter et en exprimer quelque chose.
Et c’est dans ce cadre que la question de l’auteur va prendre pour la victime toute son importance,
dans l’après coup du chaos que son irruption a provoqué. Peut-il alors y avoir véritablement de
l’auteur, comme d’ailleurs de la victime ? Il serait sans doute plus juste d’évoquer un persécuteur dont
l’on ne sait pas trop s’il est intérieur ou extérieur. Il reste quelque chose de l’auteur dans la victime
mais un auteur tyrannique, omniprésent, omnipotent, « auteur » qui n’a pas nécessairement l’identité
d’une personne, « auteur » qui peut prendre toutes les formes, tous les contours, parfois tout juste une
empreinte qui pourtant ne cesse de se manifester à tout moment, partout y compris au plus profond du
sommeil, auteur qui à l’image de l’événement reste impensable comme tel : un sentiment de
vulnérabilité intérieure extrême en même temps qu’une dangerosité extérieure omniprésente contre
laquelle il est impossible de se prémunir.
Deux figures extrêmes donnent ainsi sens à la clinique victimale : celle d’un auteur totalement absent,
comme un trou noir, une perte de sens, une place à constituer à tout prix et à occuper, celle d’un auteur
omniprésent, persécuteur, infiltrant la trame existentielle dans toutes ses coordonnées spatiales,
temporelles, corporelles.
L’on doit donc concevoir qu’il existe deux couples auteur/victime, dont la construction de chacun
obéit à des déterminations parallèles, hétérogènes, chacun des protagonistes élaborant pour son propre
compte les deux positions. Et ça n’est pas parce que les protagonistes sont les mêmes personnes
qu’auteurs et victimes y ont les uns pour les autres le même sens puisque pour les premiers la victime
est déjà là avant même leur rencontre comme possibilité de passage à l’acte, alors que pour les
secondes l’auteur est une position à constituer dans l’après coup de son irruption dans sa trame
quotidienne. Les désigner des mêmes termes d’auteur et de victime revient d’ailleurs à perpétuer
insidieusement ce faux semblant car peut-on au sens strict du terme parler d ’ « auteur » pour une
« victime » tant ces termes supposent déjà une élaboration complexe empruntant entre autre au juriste
ses normes de constitution.
La construction juridique de l’auteur et la victime
L’on pourrait penser que le problème puisse être en grande partie résolu par le recours à l’institution
judiciaire, puisque c’est sa fonction de déterminer qui sont les auteurs et qui sont les victimes au terme
d’un parcours conduisant les protagonistes du dépôt initial d’une plainte à l’exécution des éventuelles
sanctions, en passant par le temps du procès. En voici très schématiquement présentées les principales
étapes
10
:
Dépôt de plainte Enquête Procureur de la République Renvoi devant une
juridiction de jugement


Faire connaître Rechercher les faits et les
personnes
Qualifier les faits, décider Débats, sanction,
indemnisation
Les principales étapes du parcours judiciaire
Dans ce schéma la victime, une fois sa plainte déposée, n’aura guère d’autre place en tant que telle que
celle offerte par la possibilité de se porter partie civile pour, à la conclusion de ce même parcours,
demander réparation des dommages subis, dans le cas bien sûr où une infraction aura pu être
déterminée et qualifiée. Pour la justice, l’auteur sera celui qui aura été jugé responsable d’un ensemble
d’actes contrevenant à la loi et de ce fait justifiables d’une sanction, pour autant qu’on l’aura estimé
accessible à celle-ci.
Trop d’exemples vont cependant à l’encontre de l’apparente simplicité d’un telle logique. En premier
lieu le dépôt initial de plainte ne va pas toujours de soi. En second lieu le processus judiciaire, à
chacune de ses étapes, peut faire l’objet de réactions négatives aussi multiples et variées que
problématiques allant jusqu’à mettre en péril sa cohérence alors que du point de vue de ses acteurs il
se déroule comme il se doit. Tout peut être matière dans sa trame à constituer autant d’écueils
difficilement surmontables et chacune de ses étapes générer chez les victimes d’importantes
perturbations psychologiques. Affirmer que celles-ci ne doivent y être concernées que par la question
de la réparation est certainement impératif du point de vue judiciaire
11 mais est proprement illusoire
d’un point de vue psychologique
12
. Que dire alors quand son déroulement et ses réponses, à l’image
d’affaires récentes, s’avèrent pour le moins critiquables ?
C’est l’exemple d’une femme victime en pleine nuit dans la rue d’une agression à caractère sexuelle
qualifiable de viol. Elle a pris rendez-vous à la consultation spécialisée en victimologie plusieurs
semaines après les faits car elle se sent très mal depuis. A la question de savoir si elle a déposé plainte
elle répond qu’elle n’en a pas vu l’intérêt et même qu’elle se refuse activement à cette démarche.
Justifiant sa position, elle affirme que c’était en grande partie de sa faute puisqu’elle savait
pertinemment qu’il était imprudent de se promener ainsi seule (alcoolisée de surcroît), que l’agresseur
risquait de longues années de prison et qu’elle ne voulait pas être responsable de sa vie qui en serait
« fichue » puisqu’il était un tout jeune adulte « ayant l’avenir devant lui », que ce qu’il lui avait fait
n’était pas si grave au regard de tout ce qu’elle avait connu dans sa vie… L’on peut bien sûr considérer
cette position comme un choix, à ce titre tout à fait respectable ; l’on peut aussi y voir une forme de
procédé défensif proche de la dénégation, dénégation ici des effets dévastateurs qu’avaient eue sur elle
cette agression, comme le confirma l’apparition peu de temps après d’un syndrome de répétition
particulièrement intense.
En voici un autre exemple, celui d’une femme victime pendant plusieurs années de son enfance des
conduites pédophiliques d’un voisin de palier. Elle n’a jamais porté plainte et dit avoir presque tout
oublié de ces agressions… jusqu’au jour où elle est contactée par la police qui enquête depuis peu
suite à une plainte déposée par une autre des victimes du même auteur. Deux ans après le jugement où
ce dernier s’est vu condamner, elle vient consulter car depuis le procès elle vit très mal ce passé
qu’elle affirmait être parvenue à presque totalement oublier jusqu’alors et qui l’envahit maintenant
quotidiennement de façon insupportable. Au bout de quelques entretiens, elle affirmera
successivement en quelques minutes : que pour elle ce que l’auteur avait fait n’était pas grave car « il
l’aimait » et il ne l’avait jamais brutalisée, que ce qu’il lui avait fait était très grave car sa vie en était
rendue par sa faute insupportable et qu’il était impensable pour elle que l’idée même de s’en prendre à
des enfants puisse venir à quelqu’un, que ça n’était pas grave car la condamnation avait été selon elle
faible par rapport à des affaires similaires, qu’enfin c’était elle la coupable puisqu’elle l’avait laissé
faire.

On le voit, il ne s’agit pas là seulement d’éventuels désaccords quant aux procédures et aux réponses
apportées par la justice. Ces réactions ne sont pas de « simples » réactions émotionnelles susceptibles
d’être présentées par tout un chacun dans un vécu d’injustice ou d’inéquité, elles mettent en péril de
façon plus ou moins critique le cadre et le processus judiciaires au point que ce peuvent être les idées
mêmes de justice et de droit qui s’en trouvent ébranlées, et cela dans leurs fondements mêmes.
L’on peut y voir, comme cela est de plus en plus le cas, les raisons profondes d’une nécessaire révision
de la procédure judiciaire dans le sens d’une place accordée aux victimes plus à la mesure de leurs
souffrances. Mais, et les deux positions ne sont nullement exclusives l’une de l’autre
13
, l’on peut en tant
que clinicien se dire que le propre de ces positions est d’être sous-tendues par un paradoxe ainsi
formulable : le fait même d'avoir été victime fait obstacle à l'assomption par la personne à cette
position. Cette incapacité plus ou moins importante à s'inscrire dans le parcours judiciaire participe en
retour à la pérennisation d’une souffrance psychique qui peut alors n’avoir plus d'autre issue que de se
pérenniser. Plus finalement une victime aurait besoin pour sa restauration de s’inscrire comme victime
dans le processus judiciaire, plus cette inscription serait problématique. Ce serait donc l’une des
caractéristiques de l’état victimal que d’avoir été l’objet d’un acte délictueux ou criminel, ou encore
d’une catastrophe naturelle, et d’être, de ce fait même, plus ou moins totalement incapable de se
positionner comme victime, en l’occurrence faire appel au droit.
Pour comprendre ces réactions parfois extrêmes présentées par certaines victimes à certains moments
de la procédure il faut en passer par une analyse du processus judiciaire. Une telle analyse fait
apparaître qu’il est sous-tendu par quatre questions essentielles et que ce sont celles-ci qui posent
diversement problème aux victimes. L’on peut en circonscrire et dégager les logiques autour de quatre
enjeux (Imputer, Qualifier, Réparer, Condamner) obéissant à la recherche de réponses relatives à
quatre questions essentielles, à savoir : Qui a fait quoi ? Quoi est quoi ? Quoi compense quoi ? Quoi
coûte quoi ? Les réponses aux deux premières déterminent la responsabilité, les deux secondes la
culpabilité, au sens juridique de ces deux termes.
Les réponses à ces quatre questions vont donner lieu à l’élaboration de quatre rapports :
Plaignant/Accusé, Faits/Infraction, Infraction/Peine, Préjudice/Dédommagement.
Ce sont elles qui vont permettre de dégager au terme du parcours deux positions essentielles pour ce
qui nous intéresse ici, celle d’auteur et celle de victime, et les distribuer entre les protagonistes. Le
plaignant n’est ainsi pas toujours le responsable et inversement ; l’auteur des faits n’en est pas
automatiquement considéré comme le responsable ; il n’y a pas d’auteur sans délit juridiquement
qualifiable ; le responsable n’est pas nécessairement condamnable et donc juridiquement coupable,
etc. Pour désigner de l’auteur et de la victime il faut donc bien que ces quatre questions aient pu être
judiciairement traitées et donné lieu à réponses car ni l’un ni l’autre ne sont déjà là en attente d’être
découverts et désignés comme tels : ils sont le résultat positif à la conclusion d’un long processus de
constitution d’une responsabilité et d’une culpabilité au sens juridique de ces deux termes. C’est bien
ce pourquoi la « vérité » qui ressort d’un procès est une vérité qui doit être sujette à débats
contradictoires : elle est une construction.
Ainsi la question de l’imputation, c’est-à-dire de la détermination du rôle respectif des protagonistes
dans le déroulement des événements, exige pour être établie :
- De pouvoir déterminer ce qui revient en propre à chacun d’eux dans la survenue et le
déroulement de l’événement, d’apprécier l'incidence de leurs actions respectives sur la
commission des actes délictueux
- De juger des intentions sous-tendant les actes de chacun car pour qu’il y ait responsabilité
d’un point de vue juridique il faut non seulement être l’auteur des faits répréhensibles mais
encore avoir voulu leurs conséquences.
Dans cette recherche, la victime, comme l’auteur, aura ainsi à rendre compte, sinon à se justifier, de sa
présence sur les lieux, de ses réactions, de son influence sur la constitution de la scène criminelle et sur
le déroulement des actes délictueux.

Il en est de même pour la question de la qualification obéissant à la nécessité de constituer le délit ou
le crime, ce qui suppose une double opération :
- De recueil des faits objectivables, c'est-à-dire de leur qualification comme comportements en
écarts aux normes
- De leur inscription dans la liste des contrevenances à la loi telles que les différents codes les
définissent et de par la sanction auxquels ils exposent leur responsable.
Il n’est de contrevenance que ce qui est répertorié dans les différents codes comme actes interdits
exposant à une sanction. Ainsi entre les récits des différents protagonistes, dont celui de la victime, et
ce que la procédure judiciaire va entendre, retenir et enregistrer, il existe tout un processus complexe
de réduction (au sens où il s’agit de ne retenir que certains éléments) et d’élaboration (au sens où ce
n’est pas qu’une mise en forme ou une traduction en langage juridique mais une véritable mise en
sens) : une infraction est un témoignage mis en éléments juridiquement qualifiables, c’est-à-dire
redevables d’une condamnation.
L’assimilation du traitement judiciaire de la question de la réparation exige quant à lui de la part de la
victime qu’elle soit à même :
- D’effectuer une estimation de son préjudice (ou d’accepter celle qui lui est proposée)
- De convertir cette estimation du dommage subi en une autre valeur que celle au travers de
laquelle elle l’éprouvait (le passage d'un quantum de souffrance à une somme d'argent selon
un principe d’équivalence nécessairement arbitraire).
Reste la question de la condamnation. Si l'infraction, dans sa qualification, relève d'un travail sur la
valeur que le code accorde à l'écart à la norme, le passage de l'infraction à la peine relève d'une autre
logique. S'il s'agit là encore d'une question de valeur, ce n'est pas sur le même objet qu'elle va porter
car il en va ici de la valeur accordée au prix à payer et l'estimation portera sur le coût de l'atteinte aux
valeurs, en termes de peine de prison, d'amende, d'obligations et interdits divers. Cela suppose :
- D’une part d'avoir accès à la capacité d'opérer une définition du délit non pas en terme de
contrevenance à tel ou tel article de code, mais de transgression d’un interdit, c’est-à-dire
d’atteinte inacceptable aux valeurs qui sous-tendent cet interdit
- D'autre part à celle de souscrire à une peine qui va prendre sens, non pas d’équivalence dans
un prix à payer au regard d’une échelle de gravité, mais comme « sanction morale
infamante », selon les termes de A. GARAPON
14
.
Responsabilité
juridique
IMPUTER
Qui a fait et voulu quoi ?
Plaignant/Accusé
QUALIFIER
Quoi est quoi ?
Faits/qualification
Culpabilité
juridique
REPARER
Quoi compense quoi ?
Préjudice/indemnisation
CONDAMNER
Quoi coûte quoi ?
Infraction/peine
Constitution juridique des positions d’auteur et de victime
Tout le problème sera de parvenir à intégrer cette procédure judiciaire ainsi que les réponses qu’elle
apporte à ces quatre questions, car cela suppose pour les victimes d’être en capacité de mobiliser des
processus et des contenants psychiques qui précisément ont pu être plus ou moins gravement affectés
par la violence de l’événement et son éventuel caractère traumatique.

Une typologie clinique des positions victimales
Chacune de ces questions peut ainsi donner lieu à des positionnements problématiques singuliers. Les
difficultés plus ou moins aiguës et durables de certaines victimes à intégrer le processus judiciaire, les
problèmes qui peuvent surgir à chacune de ses étapes, sont à analyser comme les symptômes de leur
difficulté à intégrer l’un des quatre enjeux qui le sous-tendent. Une typologie des positions victimales
en devient possible selon l’enjeu qui spécifiquement fait obstacle et quatre grandes positions
problématiques à l’égard du cadre judiciaire s’en trouvent définissables, donnant sens aux
manifestations suivantes :
Investissement
problématique
de la question
de la Responsabilité
juridique
Imputation
Manifestations symptomatiques dominantes:
recherche permanente de responsables, recherche
sans fin d’explications, auto reproches, sentiment de
culpabilité, …
Qualification
Manifestations symptomatiques dominantes:
perte de la différence normal/anormal,
autorisé/interdit, légal/illégal, sur- ou sous évaluation
de la gravité du délit…
Investissement
problématique
de question
de la Culpabilité
juridique
Réparation
Manifestations symptomatiques dominantes:
revendications insatiables, mise en échec de toute
solution, ne rien concéder à autrui pour ne pas être
en dette, exigence de retour à un état antérieur
idéalisé…
Condamnation
Manifestations symptomatiques dominantes :
haine, désir de vengeance personnelle, sentiment de
vacuité de toute peine (un auteur hors d’atteinte), mise
en cause des valeurs personnelles et/ou collectives,
positions sacrificielles (porter le poids de la faute pour
en avoir été témoin)…
Une typologie des positions victimales
Quand l’on sait par ailleurs à quel point certains auteurs ont su peser sur ces différentes questions l’on
comprend combien ce parcours peut être problématique et constituer une série d’épreuves parfois
insurmontables. Multiples sont les exemples où l’auteur va manipuler les repères internes de la victime
et parvenir parfois en un instant à lui faire durablement perdre le sens, soit de sa responsabilité dans la
commission des actes, soit de la nature transgressive des actes eux-mêmes, soit de leur caractère
insupportable pour la victime, soit enfin de la vacuité de tout appel à la justice.
La question de l’imputation
La responsabilité, faute de pouvoir être portée par quelqu’un, se trouve être chez la victime en
recherche d’auteur ou plus exactement de motifs, d’explications.
Il ne va pas de soi de faire la part des choses entre ce que l’on a voulu et ce que l’on n’a pas voulu
quand les gestes et les paroles des protagonistes se sont enchaînées les unes aux autres et les
comportements de l’agresseur littéralement se sont nourris des réaction de l’agressé : de fait, toute
victime a participé, même à son corps défendant, au déroulement de l’événement. L’agression
représente ainsi souvent une expérience de perte de différenciation, d’autonomie, de frontière, un déni
de soi dans lequel le soi a pu se perdre. Comment faire la part des choses entre ce qui revient à soi et
ce qui revient à l’autre ? Et quels motifs imaginer à ses actes si ce n’est ce que je suis ; il y aurait en
moi quelque chose qui l’a provoqué.
Il y a de toutes les façons une culpabilité à avoir été là (à avoir ne serait-ce qu’un instant partagé le
même espace et le même temps que l’agresseur), à n’avoir pas su anticiper, à n’avoir pas su se
défendre, à avoir réagi comme on l’a fait dans la mesure où cela n’a pu faire obstacle au déroulement
de l’agression.
C’est le cas de ce jeune homme, violemment agressé à coups de pieds et de poings par un groupe
d’inconnus une nuit dans la rue. Il sera assez gravement blessé et devra être opéré pour une fracture au
visage. Plusieurs mois après il vit replié chez lui alors qu’il avait une vie sociale riche, et ne cesse de
penser sur un mode ruminatoire à cette agression, lui cherchant désespérément une raison. Au plus
profond de sa dépression il en viendra un jour, se souvenant avoir par le passé été déjà agressé, à
penser qu’il avait une « tête à claques » et que c’est lui qui déclanchait immanquablement de la
violence chez les autres.
La question de la qualification
8
Elle suppose que la victime soit à même d'opérer une double conversion : de ce qui a été vécu à ce qui
peut en être enregistré, de ce qui a été enregistré à ce qui peut être juridiquement qualifié (ou
socialement réprouvable quand ce n’est pas du registre légal). Et l'on conçoit à quelles difficultés ces
deux opérations peuvent se heurter chez elle : d'une part cela suppose qu'elle puisse se faire témoin de
sa propre agression et qu’elle puisse d’autre part reconnaître quelque chose de ce qu’elle a vécu dans
la relation (et l’enregistrement policier) qui peut en être faite. Son vécu de l'événement va se trouver
mis de côté voire même devenir un obstacle au bon déroulement de la procédure alors même qu’il
s’est agi pour elle d’une expérience émotionnelle extrême, souvent hors toute norme : l’irréalité vécue
de l’événement tient ici à ce que, réalisant une transgression de l’ordre social, il n’aurait jamais dû
survenir. Comment penser et intégrer un événement qui se définit en premier lieu d’être ce qui n’aurait
pas du être, une sorte de négatif de nos valeurs collectives ? Ce sont alors ces valeurs qui ont pu être
emportées avec lui puisqu’il n’a tenu son existence qu’à passer outre leur existence. D’où les
difficultés parfois insurmontables à en cerner les contours et à le caractériser, qui vont plus ou moins
mettre en échec les tentatives judiciaires de le dénommer et de le situer sur une échelle de gravité.
Surestimations ou sous-estimations des actes (comme le montrait un exemple plus haut où la victime
minimisait l’agression car « elle avait connu pire »), incapacité parfois à en relater quoique malgré la
perception intime d’avoir été agressé comme dans l’exemple suivant sont les principaux symptômes
de la difficulté à intégrer la qualification.
C’est le cas d’une adolescente amenée par un adulte qu’elle connaissait bien à partager une séance de
sauna seule avec lui. A un moment, il lui propose un massage du dos, qu’elle accepte. Amenée à
raconter ce massage, elle dit qu’il a commencé par les épaules est descendu en bas de son dos… et a
fini par les pieds. A une demande de précision sur ce qui a pu se passer entre ces deux moments elle
dit ne plus trop savoir car il lui a à ce moment précis demandé quelle était selon elle la différence entre
un massage et une caresse, ce qui dit-elle l’a rendue confuse un instant et continue de la laisser
perplexe. C’est d’ailleurs depuis ce moment qu’elle se sent très mal et qu’elle a le sentiment d’avoir
été abusée mais sans parvenir à dire en quoi et comment.
C’est aussi la situation d’un homme qui s’est réveillé en pleine nuit parce qu’avec sa femme ils ont
entendu un bruit anormal dans la rue. Il ouvre ses volets et constate sidéré que sa voiture n’est plus à la
place où il l’a garée la veille au soir comme à son habitude. Il se précipite dehors et se trouve face à
son véhicule dans lequel il entraperçoit deux jeunes. Il essaye de les empêcher de partir en se mettant
au milieu de la rue. Le conducteur accélère et fonce droit sur lui. Il n’a que le temps de s’écarter, est
heurté au pied par la voiture et tombe lourdement. Les voleurs s’enfuient et son véhicule sera retrouvé
très endommagé quelques jours plus tard. En dehors des différents préjudices non indemnisés que
cette affaire va engendrer, une question demeure lancinante plus d’un an encore après les faits :
comment est-il possible que des personnes aient pu mettre sa vie en jeu pour une voiture sans grande
valeur ? L’explication donnée par les gendarmes selon laquelle ce serait des jeunes jouant à « celui qui
volerait le plus de voitures pendant la nuit » et qui auraient été pris de panique en le voyant, reste sans
effets. Il reste obnubilé par cette question et commence à développer des conceptions de plus en plus
négatives à l’égard de l’humanité toute entière.
La question de la réparation
Rien ne semblera longtemps plus choquant (voire totalement inintégrable) pour la victime de penser
qu'une quelconque réparation puisse compenser de quelque façon le préjudice qu'elle a pu subir et
encore plus choquant que cette réparation qui lui sera personnellement accordée (en dehors de toute
peine infligée à l'auteur) puisse faire l'objet d'une quantification financière. Cela tient à ce que l'argent
n'a rien à voir pour elle en la matière, qu'imaginer en outre s'accorder du plaisir avec quelque chose qui
viendrait de l'auteur aurait quelque chose de totalement scandaleux, et qu'enfin, plus
fondamentalement, parce qu'elle se trouve littéralement contrainte à une double conversion :
- D'une part opérer une estimation du préjudice, ce qui suppose de lui donner littéralement une
limite (il n'a pas tout détruit)
- D'autre part de convertir son estimation du dommage subi en une autre valeur que celle par
laquelle elle vivait ce dommage (le passage d'un quantum de souffrance à une somme
d'argent).
Là encore l’éventuel caractère traumatique de l’événement peut avoir durablement fixée la victime sur
le mode de la reviviscence à celui-ci, lui interdisant toute possibilité de projection dans un devenir qui
9
ne porte pas l’empreinte de ce qui s’est produit. Pour d’autres, c’est le préjudice qui peut très
longtemps faire l’objet d’une dénégation massive les amenant à concevoir la réparation sur le mode du
« tout ou rien » : un retour à l’état antérieur, ou rien. L'on ne peut mieux illustrer cet enjeu que ne l'a
fait LEYRIE
15
citant les propos d'une femme qui avait perdu sa sœur, tuée à ses côtés dans un
accident de la route, en réponse à la question du montant de l'indemnisation qu'elle entendait demander
en réparation : "Un franc symbolique ou une somme sans limite. Recevoir de l'argent sur le cadavre de
ma sœur… jamais !"
Voici un autre exemple du caractère insurmontable et totalement envahissant que le préjudice peut
parfois revêtir. Il s’agit d’une femme d’une quarantaine d’années. Elle s’adresse à la consultation
spécialisée suite à une agression de la part de l’ami d’une de ses copines. A la demande de celle-ci, qui
voulait quitter son ami et avait peur des réactions de celui-ci, elle se rend à son domicile et en bas de
l’immeuble se trouve prise dans une altercation entre les deux personnes. Elle s’interpose et reçoit sans
savoir d’où il vient un coup violent à la pommette. Elle s’enfuit dans son véhicule, démarre et se rend
compte après un bref temps qu’elle saigne abondamment. La plaie quelle découvre alors dans son
rétroviseur parait grave, elle panique mais a le réflexe d’appeler la police puis de se rendre aux
urgences. Elle se rend également à l’association d’aide aux victimes qui lui conseille de solliciter
l’aide d’un psychologue car elle semble gravement perturbée par l’événement. Lors du premier
entretien, elle se présente avec un pansement masquant l’une de ses joues qu’elle tente de cacher avec
une mèche de cheveux. Elle relate ce qui lui est arrivé d’un ton sthénique et de façon logorrhéique puis
exprime qu’elle est totalement obnubilée par la cicatrice qui va résulter du coup de cutter et qui
altérera de façon insupportable et irréversible “la perfection de son visage”. Elle ajoute aussitôt qu’elle
n’est pas dans son état normal pour tenir de tels propos, qu’elle juge inacceptables et déplacés et
qu’elle n’aurait jamais exprimés antérieurement. Cependant, elle précise qu’elle a toujours été très
soucieuse de son apparence et s’est toujours attachée à avoir un aspect physique « irréprochable »
(notamment aucun défaut sur son visage). Cette blessure est une véritable obsession et elle ne pense
qu’au moment où un plasticien interviendra pour lui rendre son visage d’avant et où ce cauchemar
cessera. Elle décrit la blessure, et la future cicatrice qui en résultera, dans leurs moindres détails
(épaisseur, largeur...). Elle évoque également des idées de vengeance difficiles à contrôler, ce d’autant
plus que l’auteur présumé est en fuite et risque de ne pas être retrouvé.
La question de la sanction
Si le choix d’une peine obéit à une recherche d’équivalence entre la gravité du délit et l’ampleur de la
sanction, en deçà de cette comptabilité (qui, à un autre niveau, a bien évidemment son importance) ce
qui importe essentiellement c’est que cette sanction fasse littéralement peine, et ce non seulement pour
l’auteur mais aussi pour la victime : que, par son exemplarité elle fasse accéder le premier à la
compréhension du caractère inacceptable de ses actes et pour la seconde elle ait une vertu
« purificatrice ». La sanction dans son principe invite à la peine et son intensité est à la mesure non
d’un prix à payer en retour, mais de la réprobation collective que la nature des actes commis suscite.
Elle doit amener l’auteur non à être quitte pour ses fautes, mais à prendre conscience du caractère
inacceptable de ses actes au regard des valeurs constitutives de notre « contrat social », de par « la
sanction morale qui doit l’atteindre de l’intérieur », pour reprendre là encore les analyses de A.
GARAPON. Rien à ce niveau ne saurait absoudre quoique ce soit, rien ne saurait effacer la faute ;
seule la prise de conscience intime d’avoir fauté importe, et ce pour toujours, car à travers elle c’est
aussi la conscience de pouvoir fauter à tout moment qui est attendue afin de pouvoir mieux s’en
prémunir.
Là aussi l’on comprendra que bien des victimes aient beaucoup de mal à avoir accès à cette logique
car elles ont fait l’expérience qu’aucune loi commune n’avait pu arrêter l’auteur et que celui-ci ayant
pu s’affranchir de nos valeurs rien ne pourra jamais l’atteindre puisque rien ne semble avoir pu le
freiner. D’où cette crainte très souvent exprimée qu’il ne vienne, une fois sa peine purgée, se venger
comme si le temps et la sanction ne pouvaient avoir aucune prise sur lui.
C’est là également que les idées insatiables de vengeance trouvent leur source, prenant la forme soit
d’idées de règlement de compte personnel, soit d’exigences de sanctions extrêmes à l’égard de
l’auteur, car la sanction se veut alternative à la Loi du Talion. Qu’elle échoue dans sa fonction et la
victime restera durablement envahie d’un vécu d’injustice insupportable.
C’est ainsi que l’on peut comprendre ces propos d’une mère recueillis à la sortie du procès en assises
du meurtrier de son fils : « Lui il en a pris pour vingt ans mais mon fils il est dans le trou pour
toujours ! »
Un procès intérieur
Toutes les victimes ne sont heureusement pas traumatisées et la majorité d’entre elles parviendra après
un temps plus ou moins long à se dégager du moment initial de sidération, de ce moment premier de
chaos, mais ce ne sera jamais sans un certain coût psychique. Dans tous les cas, l’événement va être à
l’origine d’un questionnement critique dont la durée et l’issue vont être fonction de l’aptitude de la
personne à se donner réponse aux questions que sa traversée a fait surgir, et ce parallèlement à
l’éventuel processus judiciaire et à ses propres élaborations. Elles auront ainsi à traiter sur leur scène
intérieure, et pour leur propre compte, de leur responsabilité et de leur culpabilité personnelles dans ce
qui est advenu. Car d’une façon fugace ou prolongée, la victime va mener son propre procès, sur une
scène, intérieure celle-là, sur laquelle elle va tenir successivement ou simultanément toutes les places :
celle d’auteur, de victime, de témoin, de juge, d’enquêteur, d’avocat, de juré, d’expert.
Ce travail psychique, que nous avons dénommé faute d’une formule plus heureuse le travail de
victime,
16
a été trop longtemps assimilé au travail de deuil car il présente avec ce dernier un certain
nombre de similitudes :
- D’être réactionnel à la survenue d’un événement de vie dont le caractère exceptionnel et
dramatique va plonger plus ou moins durablement le sujet dans une détresse et un désordre
psychiques
- De représenter une tentative d’intégration de cet événement par une forme de travail
psychique
- Que son échec va précipiter le sujet dans un mode pathologique d’existence et à ce titre l’on
peut considérer le trauma psychique comme l’exact équivalent du deuil pathologique.
Cependant, il s’en distingue radicalement par le fait que son enjeu n’est pas (sinon par extension
abusive du terme) la perte
17
, mais l’atteinte à la constitution même de l’être et/ou de son écosystème
(ce pourquoi la référence au narcissisme est souvent mentionnée). Cette expérience extrême
d’effondrement de l’ordre qui fonde notre existence peut précipiter celui qui y a été confronté dans une
véritable crise axiologique, dans une recherche éperdue de sens, de valeurs, tant celles sur lesquelles
reposaient implicitement son monde ont été ébranlées sinon détruites ; d’où son appel à la justice
comme essai de restauration externe d’un ordre interne/externe atteint dans ses fondements.
A l’image du processus judiciaire quatre enjeux ou plutôt quatre dilemmes, sont potentiellement
constitutifs de cette crise, dilemmes qui en tant que tels ne peuvent jamais trouver de réponse
définitive, sauf à se réifier. C’est l’aptitude de la victime à les soutenir, c’est-à-dire à en débattre, qui
lui permettra ou non de les dépasser ou à tout le moins de ne pas y rester durablement et
problématiquement fixée.
Ce sont les modalités, normales ou défaillantes suivant lesquelles ces dilemmes pourront être soutenus
qui, entrant en résonance avec les enjeux du parcours judiciaire, vont permettre à la victime d’intégrer
ou non ses procédures et ses réponses, ce qui ne signifie pas nécessairement être en accord avec elles,
mais au moins pouvoir en saisir la logique et y tenir une position, fût-elle contradictoire.
Ces quatre dilemmes ne tiennent leur existence, et leur issue, qu’à distinguer le « sujet psychique » du
« sujet juridique »
18
, sujet psychique pour lequel culpabilité et responsabilité représentent des
instances internes au fondement de la conscience morale d’un côté, de la dette sociale de l’autre
Culpabilité
psychique
Responsabilité
psychique
Dilemme fondamental : il est tout aussi
problématique de s’estimer coupable que de
s’estimer innocent.
Dilemme fondamental : il est tout aussi
problématique de se taire que de témoigner
Dilemme fondamental : il est aussi
problématique d’oublier que de se souvenir
Dilemme fondamental : Il est aussi
problématique de pardonner que de ne pas
pardonner
Les enjeux psychiques du « travail de victime »
Ce sont elles qui font qu’être victime inaugure :
 une double « crise de conscience » :
• comment ne pas se sentir coupable quand l’on a été là et quand l’on a participé, même
contre son gré, aux faits ? Mais comment en retour y être pour quelque chose, c’est-à-
dire avoir contribué à son propre malheur ?
• comment ne pas espérer oublier (et rêver que le népenthès existe), tant la souffrance
peut être grande et la perte incommensurable, comment renoncer à cet espoir insensé
d’un possible retour à « avant »? Mais comment en retour s’accorder l’apaisement au
risque de faire comme si rien n’était advenu et aller jusqu’à se trahir soi-même en
niant toute la souffrance éprouvée ?
 une double « crise de devoir » ou de « civilité » :
• comment se taire quand ce que l’on a vécu nous concerne tous, comment ne pas
alerter de la fragilité de nos valeurs et interdits collectifs ? Mais comment dire quand
la honte éprouvée vous rend indigne ? Comment témoigner et de quoi ?
• comment ne pas vouloir pardonner et considérer alors l’autre comme quitte de toute
dette ? Car pardonner c’est d’une certaine façon se libérer de l’autre, de la haine ou du
désir de vengeance étouffant qu’il peut inspirer. Mais comment pardonner quand rien
ne peut jamais totalement assurer que l’auteur a bien réintégré nos valeurs collectives
et qu’il ne récidivera plus jamais ?
De l’aptitude de la victime à assumer cette crise et les quatre formes qu’elle peut prendre dépendra
grandement sa capacité à intégrer le processus judiciaire et ses réponses. Plus une victime restera sous
l’emprise des déliaisons provoquées par l’événement
19
, plus « l’instruction » de son « procès
intérieur » sera problématique et plus la procédure judiciaire revêtira pour elle une importance
déterminante dans sa reconstruction. C’est ce pourquoi elle peut avoir de tels échos chez les victimes,
être éprouvée comme si nécessaire, et devenir parfois brusquement source de nouvelles formes de
victimisation.
Penser l’accompagnement psychojudiciaire
Il est un travail psychique singulier impliqué par le fait d’avoir traversé un événement critique : le
travail de victime. Que l’événement ait été traumatique et ce travail va se trouver plus ou moins
gravement empêché par les déliaisons internes qu’il a provoquées.
Le besoin de justice positive, s’il ne peut tout résoudre des désarrois intérieurs de la victime, offre
malgré tout un étayage psychique externe d’autant plus important que les contenants internes ont été
atteints. Il va donc permettre jusqu’à un certain point d’organiser une lutte contre l’effondrement
intérieur mais l’on saisit mieux du même coup qu’il puisse devenir dans certains cas source de
nouvelles victimisations si, pour la victime, il ne va pas dans le sens de ses tentatives de
reconstruction.
Il ne saurait pourtant jamais suffire, ce qui pose en retour la question des conditions cliniques
spécifiques à mettre en œuvre pour aider la victime à se redonner les repères internes indispensables à
l’élaboration des positions de victime et d’auteur.
Ce parcours devient alors pour l'accompagnant un véritable espace projectif au sens où il va permettre:
- Un repérage et une analyse de ce à quoi en lui la victime achoppe
- Un cadre clinique d'intervention dans la mesure où il aura une fonction « contenante » par
rapport aux débordements observés ; mais aussi et surtout une fonction structurante à
l’origine de réaménagements psychiques à l'intérieur du processus qu’il rend possible. Dans
cette perspective, le parcours judiciaire ne vise plus seulement la résolution satisfaisante de
l’affaire pour la société, l'auteur et la victime ; il devient l'occasion d'un travail psychique
rendu nécessaire par l'incapacité plus ou moins totale de la victime à s'y inscrire, de par les
étapes imposées qui en constituent la trame, de travailler en les rejouant dans son cadre les
aspects de l'événement restés problématiques pour la victime.
C’est là qu’une notion trouve sa place, d’apparence paradoxale, celle de processus de victimisation :
pour qu’une victime puisse sortir de ce statut encore faut-il qu’elle ait pu y entrer ou encore, pour
quitter une place encore faut-il avoir pu l'occuper. Aider la victime à soutenir le parcours judiciaire a
pour visée de lui permettre une réaccèssion à ce que suppose, au plan psychique, de pouvoir tenir et
soutenir cette position. Ce processus est alors à prendre comme l’analogon de la “ névrose de
transfert ” dans le cadre de la cure, névrose “ artificiellement ” crée par l’espace analytique sans
laquelle aucune interprétation n’est possible sinon à être "sauvage". C’est ainsi que Freud a clairement
distingué la névrose de la névrose de transfert : "Pourvu que le patient veuille bien respecter les
conditions d'existence du traitement, nous parvenons régulièrement à donner à tous les symptômes de
la maladie une nouvelle signification transférentielle, à remplacer sa névrose commune par une
névrose de transfert dont il peut être guéri par le travail thérapeutique."
20
« Etre victime » est ici l’exact équivalent pour le trauma psychique de ce que représente la névrose de
transfert pour la « névrose commune » : un exutoire, ici une surface sociologiquement valorisée
rendant possible un mode d’explication avec soi-même
21
.
C’est tout l’enjeu de ce que l’on peut désigner par le terme d’accompagnement psychojudiciaire : une
forme d’intervention psychologique suivant laquelle le parcours devient la trame même d’un travail
psychique auquel il emprunte ses questions, non pour y apporter des réponses mais pour permettre aux
victimes de les remettre en débat, un accompagnement pour lequel la position de victime devient une
place à construire et à occuper afin de pouvoir s’en dégager.
Ca n’est qu’à ce prix, qu’ayant ré accédé à sa responsabilité et sa culpabilité intérieures
22
elle pourra
enfin se dégager de l’auteur réel et renvoyer celui-ci à son propre destin.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
1
Psychologue, CH Guillaume Régnier, Rennes, secteur G 06 service du Dr Jago ; membre de l’Institut de Criminologie et
Sciences Humaines (ICSH), Université de Rennes 2.
2
« Imputées à la victime » serait une formulation beaucoup plus juste.
3 LM Villerbu : D’une formule embarrassante à une autre : l’interchangeabilité des positions d’agresseur et de victime. A
propos de « la victime est-elle coupable ? » In R. Cario : La victimes est-elle coupable ? Autour de l’œuvre d’Ezzat Abdel
Fattah » 2004, L’Harmattan, pp.43-59.
4
P. Pignol : Les aléas de la demande de soin dans les psychotraumatismes. Mai 2005, Les Cahiers de l’ICSH, Hors Série
« Psychologies et Victimologies », pp.9-33.
5
LM Villerbu, op. Cit.
6 LM Villerbu : La vulnérabilité, aspects psychologiques, Mai 2004, Société de Médecine Légale et de Criminologie,
Université René Descartes, Paris.
7
L’on peut évoquer ici la notion de « sérialité victimale ». Voir P. Lebas : Victime et sérialité, mai 2005, Les Cahiers de
l’ICSH, Hors Série « Psychologies et Victimologies », 2005, pp.35-48.
8
P. Pignol, op. Cit, 2005.
9 LM Villerbu : Après et avant, quand la victime parle. Une clinique psychologique dans les embarras de la victimologie et
l’apport de la psycho-criminologie. Journée d’étude, mai 2004, « Victime, Justice et Peine. Devoir de sanction, besoin de
réparation et désir de vengeance. » La Roche sur Yon, Institut Catholique d’Etudes Supérieures.
10
P. Pignol, D. Gouénard : Etre victime :"Travail de victime" et accompagnement psycho-judiciaire. Colloque « Temps
Psychique, temps judiciaire », déc. 2001, Rennes. A paraître, 2006, L’harmattan Editeur.
11 Avec tous les risques de construire le procès sur l’espoir d’en obtenir des vertus thérapeutiques immédiates
pour les victimes. Sur cette question voir : « Victime, Justice et Peine. Devoir de sanction, besoin de réparation et désir
de vengeance. » Journée d’étude, mai 2004, La Roche sur Yon, Institut Catholique d’Etudes Supérieures.
12
Sur cette question l’on ne peut que se référer aux travaux de C. Damiani, par exemple : Psychothérapie post-traumatique et
réparation, p. 131, in F. Marty : Figures et traitements du traumatisme, Dunod, Paris, 2001 ; ou encore, C. Damiani : Les
victimes. Violences publiques et crimes privés. Bayard Editions, Paris, 1997
13 …à la condition toutefois de ne pas amalgamer ces deux positions, auquel cas le risque est grand de faire un usage
idéologiquement détourné de la problématique victimale.
14 A. GARAPON : Bien juger. 2001, Ed. Odile Jacob, Paris, pp. 202-203.
15
J. Leyrie : La réparation. De l'ambiguïté de la demande des victimes et du système d'indemnisation. Perspectives Psy, vol.
35, no 5, déc.1996, pp. 377-384
16
P. Pignol, D Gouénard, op. Cit.
17
S. Freud : Deuil et Mélancholie, in Métapsychologie, Gallimard, Paris, 1940.
18 LM Villebu, op.cit, 2004, p.56
19
P. Pignol, 2005, op. Cit.
20 Laplanche et Pontalis : Vocabulaire de la psychanalyse, p. 280, Quadrige, PUF, 1997.
21 LM Villerbu : Psychologues et thérapeutes. 1993, L’harmattan, Paris, pp. 25-26.
22
F. Lebigot quant à lui, considère le « ré accès à la castration » comme étant la condition de sortie de l’expérience
traumatique. Voir par exemple « La demande de soin dans les névroses traumatiques de guerre », Annales MédicoPsychologiques,
149, 2, 1991,132-149
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
Qu’est-ce qu’un auteur… pour une victime ? P. PIGNOL
الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
 :: 5- في القانون الفرنسي Le Droit français :: الفقه La Doctrine-
انتقل الى: