هل تريد التفاعل مع هذه المساهمة؟ كل ما عليك هو إنشاء حساب جديد ببضع خطوات أو تسجيل الدخول للمتابعة.



 
البوابةالرئيسيةالتسجيلدخول

 

 Nicolas Sarkozy. Pourquoi ça marche encore?

اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
المدير أ/ طه العبيدي
Admin
المدير أ/ طه العبيدي


عدد الرسائل : 5241
الإسم و اللقب : رجال القانون
نقاط : 5743
تاريخ التسجيل : 19/01/2008

Nicolas Sarkozy. Pourquoi ça marche encore? Empty
مُساهمةموضوع: Nicolas Sarkozy. Pourquoi ça marche encore?   Nicolas Sarkozy. Pourquoi ça marche encore? Emptyالجمعة أكتوبر 09, 2009 1:52 pm

Nicolas Sarkozy. Pourquoi ça marche encore?

Paru dans Regards n° 65, octobre 2009

Nicolas Sarkozy. Pourquoi ça marche encore? 20090130_nicolas_sarkozy


La confiance règne encore et toujours, malgré un bilan face à la crise jugé peu positif… Nicolas Sarkozy a beau éradiquer les acquis sociaux et respirer le mépris, il continue de faire plutôt belle figure. Est-ce son art d’user les mouvements sociaux, de raconter des fables, de faire taire les dissonances au sein de son propre parti? Quelques raisons d’un succès.

Depuis son arrivée à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy impose son rythme, sa marque, ses contre-réformes. Il allie des mesures clairement libérales sur le plan économique, avec son lot de remises en cause des acquis sociaux, et une bonne dose de contrôle social. Très tôt, le paquet fiscal fut l’emblème d’une politique au service des vainqueurs du système. Et pourtant… Nicolas Sarkozy est toujours là et bien là. Même si ses courbes de popularité ont connu de vrais moments de faiblesse et si les Français jugeaient dans un récent sondage son bilan face à la crise peu positif (58 % d’opinions négatives), près d’une moitié de Français continuerait à lui faire confiance et son image reste peu écornée. Pire, face à la crise du capitalisme qui aurait dû invalider tous ses présupposés idéologiques, l’animal politique arrive à adapter son discours, à tourner à son avantage ce moment difficile. Voici le champion de la dérégulation qui se mobilise pour une « moralisation du capitalisme » ! Fini le Fouquet’s et les montres en or, l’heure est à la chasse au bonus et à la valorisation du rapport Stiglitz. Au total, non seulement il donne le sentiment qu’il y a un pilote dans l’avion quand la gauche est atone, mais il réussit à reprendre l’avantage, quitte à puiser quelques recettes, quelques formules à gauche pour donner le change. Les Verts cartonnent aux européennes ? Sarkozy dégaine la taxe carbone. Il y a à la fois une cohérence dans son projet politique, qui ne change pas de cap, et de la souplesse pour convaincre, séduire, s’adapter. « Changer pour que rien ne change », on connaît la formule. Pourquoi ça marche (encore) ? Regards vous soumet quatre clés d’explication.

L'ART DE RACONTER DES HISTOIRES

Pour être président de la République, sans doute faut-il savoir raconter des histoires… Nicolas Sarkozy l’a compris très tôt. Occuper l’espace, donner à voir des sentiments, des succès et des échecs, des romances : le Président excelle dans cet « art ». Christian Salmon a parfaitement décrit, dans Storytelling, ce phénomène qui consiste pour les politiques à endormir l’esprit critique public en mettant en scène leurs propres histoires. Cette méthode, qui se pratique dans la publicité ou le management et fut progressivement importée en politique par la Maison Blanche depuis Reagan, tente d’instrumentaliser l’art du récit. Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a parfaitement retenu la leçon américaine : « La politique, a-t-il déclaré au Monde, c’est écrire une histoire partagée par ceux qui la font et ceux à qui elle est destinée. On ne transforme pas un pays sans être capable d’écrire et de raconter une histoire. » Car il doit toujours se passer quelque chose, le Président doit contrôler l’agenda pour capter l’attention des médias et de l’opinion. Il s’agit non pas de faire appel aux convictions ou à la raison mais de capter et de synchroniser les émotions. C’est ainsi que nous passons doucement mais sûrement de l’opinion publique à l’émotion publique. Ce climat est gravissime pour la démocratie et contribue à dissoudre la politique. Mais en attendant, il profite au pouvoir en place.

Sarkozy a mis en scène son destin : c’est l’histoire d’un pauvre enfant de Neuilly, brimé, qui rêvait d’être président. Il a mis en scène son couple avec Cécilia, son divorce, sa rencontre sous forme de conte de Noël avec une nouvelle mannequin. Une vie privée faite de joies et de souffrances, pleine de rebondissements : une vraie série à l’américaine. Des personnages comme Rachida Dati, Fadela Amara ou Rama Yade font le miel du storytelling. Dans un autre registre, Bernard Kouchner fait partie des profils bien utiles. Sarkozy en use et en abuse. Il s’est aussi payé le luxe de se réapproprier des pans de l’histoire de France délaissés par la gauche, de lui piquer en quelque sorte ses emblèmes, ses référents tels que Guy Môquet, Léon Blum ou Jaurès. Là où l’imaginaire de gauche s’est essoufflé, asséché, la droite sait occuper l’espace. Même face à la crise du capitalisme, Sarkozy se donne des airs de justicier – façon Disney ! – au combat contre les méchants du G20, en guerre contre les bonus et les paradis fiscaux. La fable !

La parole de Sarkozy se veut performative et l’homme ne manque jamais une occasion d’aller lui-même au « front » – soutenir telle entreprise en faillite, rencontrer une association de victimes, serrer la main aux services de police. Comme l’actualité bouge sans cesse, nous suivons le zapping orchestré par le Président. Que ses paroles soient sans effet, que les actions ne suivent pas, que les promesses d’un jour soient oubliées le lendemain, importe moins que la capacité du Président à être réactif et à sembler toujours à l’endroit où il faut, au moment où il faut. Et il n’hésite pas à dire tout et son contraire. Or, comme l’explique fort bien Bertrand Méheust dans La politique de l’oxymore. Comment ceux qui nous gouvernent nous masquent la réalité du monde, cette utilisation des oxymores, cynique et à grande échelle, peut conduire à la destruction des esprits et devenir un outil de mensonges. Des termes tels que « flexisécurité », « moralisation du capitalisme » ou « vidéo protection » visent à brouiller nos repères. Nicolas Sarkozy recourt également aux oxymores dans les faits : souvenez-vous de sa visite au Vatican avec… Jean-Marie Bigard ! La promotion de la libre circulation des capitaux mais pas des êtres humains, la lutte contre le chômage comme priorité dans un système qui a besoin d’un taux de chômage pour fonctionner, etc., sont autant de façons de masquer les actes politiques, dans un contexte où la contestation sociale grandit.

Sa force est d’avoir su « moderniser » la droite et le style présidentiel. Le footing comme l’omniprésence du Président impriment sa marque, l’installent comme un homme de son temps. Il se veut l’homme de l’action, du mouvement. Et Sarkozy sait s’adapter au contexte, évoluer en fonction des rapports de force dès lors qu’il ne s’agit pas de remettre en cause les fondements de son projet libéral et autoritaire. Récemment, la taxe carbone ou le renoncement à recourir aux tests ADN pour les immigrés montrent qu’il ne veut céder aucun espace à ses adversaires, qu’il est capable de petits arrangements politiques pour séduire au-delà de son électorat acquis.

LE ROULEAU COMPRESSEUR COMME MÉTHODE

La droite cultive son triste adage selon lequel « la rue ne gouverne pas ». Il est arrivé ces dernières années qu’elle le fasse à ses dépens. En 1995, le plan Juppé a dû être enterré devant l’ampleur de la mobilisation. En 2006, les jeunes ont obligé Dominique de Villepin à retirer son CPE. Pour le reste, et singulièrement depuis que Nicolas Sarkozy est président, force est de constater que les luttes sociales peinent à engranger les victoires. Au-delà des interrogations sur la stratégie des confédérations syndicales et sur le manque de perspective politique qui pèse négativement sur la combativité sociale et l’issue des conflits, il y a bien cette manière de la droite d’avancer frontalement, brutalement, en désignant des ennemis, en opposant les uns aux autres, qui possède une part d’efficacité. Le passage en force est devenu une méthode, comme une habitude. La ligne de conduite, c’est un gouvernement qui ne cède pas, en tout cas pas de manière significative, devant les manifestations unitaires ou les durs conflits sociaux. Il poursuit sa feuille de route, sûr de ses choix comme de sa capacité à vaincre le mouvement. Et Sarkozy a même osé l’arrogance suprême, en juillet 2008 : « Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit ». Le refus de la discussion, la provocation, l’humiliation et la détermination à imposer nombre de contre-réformes sont déstabilisants et permettent de contenir une révolte plus grande encore. Finalement, le gouvernement nous aurait-il à l’usure ? Emblématique, l’université s’est mobilisée comme jamais, la ronde s’est obstinée la nuit et le jour, mais n’a pas réussi à avoir la peau de la loi Pécresse. Au diable le mouvement de résistance des soignants, les hôpitaux doivent s’avaler le projet Bachelot qui importe les logiques du marché. Le monde de la justice fut vent debout ? Qu’importe, les juges d’instruction risquent bel et bien d’être supprimés, la mainmise du parquet d’augmenter. Quant au « pouvoir d’achat », il restera en l’état (pas d’augmentation des salaires et minima sociaux), malgré les grands rendez-vous de l’hiver et du printemps derniers qui, dans l’unité syndicale, avaient porté cette revendication. De La Poste aux Molex, les foyers de contestation ne manquent pas mais la capacité à gagner reste faible. Assommant. Accablant aussi. Car, à force de ne rien arracher, de prendre des jours et des jours de grève – qui signifient du salaire en moins – sans obtenir d’avancées, le peuple se désespère et se demande à quoi bon. Par la convergence des luttes – unité syndicale, « Appel des appels » –, d’aucuns pensaient que les mouvements gagneraient en efficacité. Ce ne fut pas suffisant. Pour l’heure, seul le LKP en Guadeloupe a réussi à atteindre une alchimie et un niveau de contestation porteurs d’espoir et de victoire. A méditer.

LA MACHINE UMP UNIFICATRICE DES DROITES

Le pari n’était pas gagné d’avance mais le résultat est là : la création de l’UMP a permis d’unifier solidement les différents courants de la droite. Créée en 2002 pour les besoins de Jacques Chirac, candidat à l’élection présidentielle, le sigle signifiait au départ : Union pour la majorité présidentielle. Il regroupait alors le RPR, Démocratie libérale et une bonne partie des députés de l’UDF. Rebaptisé Union pour un mouvement populaire, ce grand parti réussit à rassembler différentes familles de la droite, des conservateurs libéraux aux gaullistes en passant par les chrétiens démocrates. En novembre 2004, Nicolas Sarkozy prend la tête de l’organisation, à l’occasion d’un vote interne où il obtient plus de 85 % des voix. Face à lui, les candidats déchus Nicolas Dupont-Aignan et Christine Boutin font pâle figure… Avec cette assise militante confortable travaillée de longue date par l’entretien de réseaux internes et la construction d’une identité politique médiatique, le leader a les mains libres. Objectif : la présidentielle de 2007. L’échéance est pour Nicolas Sarkozy une vraie réussite : il remporte l’élection, toutes les autres composantes de la droite s’affaissent et la disparition de l’UDF rebat une partie des cartes à droite. Ce n’est pas le tout de devenir président, encore faut-il le rester, convaincre durablement l’opinion et gagner les différentes échéances électorales qui émaillent le mandat. Autrement dit, la « machine UMP » doit être confortée et l’unité des droites renforcée.

En juin 2009, un Comité de liaison de la majorité présidentielle est lancé par Sarkozy pour coordonner les partis qui soutiennent son action. La feuille de route est claire : « Intensifier le travail en commun et préparer les futures échéances électorales ». Ce Comité est composé de représentants de l’UMP et de présidents des différentes organisations et clubs politiques de droite. On y trouve la gaulliste Michèle Alliot-Marie qui préside « Le Chêne », Jean-Louis Borloo pour le Parti radical, Christine Boutin avec son jeune Parti chrétien-démocrate ou encore les amis de Charles Pasqua (RPF-IE). S’y ajoutent les nouvelles recrues issues des rangs de la gauche : Jean-Marie Bockel pour La gauche moderne (LGM) et Les Progressistes autour d’Eric Besson. Le Nouveau Centre, cette fraction de centristes qui avaient fait la campagne de François Bayrou mais ont rejoint la majorité gouvernementale, siège également. Les chasseurs du CPNT sont aussi de la partie. Et, dernière recrue de poids (symboliquement en tout cas) en vue des régionales, le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers a rejoint la dynamique de rassemblement.

Cette large unité, la droite en a rêvé au XXe siècle, elle y est parvenue en ce début de XXIe siècle. Certains pensaient la structure UMP éphémère, bâtie pour les circonstances. Elle se révèle une vraie usine à unité, une machine à gagner. Elle est le fruit d’un effacement relatif des divergences fondamentales entre les courants de la droite – les clivages hérités du gaullisme se sont estompés – et d’une adhésion large – plus ou moins forcée mais globalement acceptée – à un chef, Nicolas Sarkozy. L’efficacité est là : un parti en ordre, où les dissonances apparaissent moins fortes que les capacités de rassemblement. Reste, bien sûr, Dominique de Villepin, qui se pose en homme de l’alternative à Sarkozy – sait-on jamais ! Mais ses réseaux et sa popularité, entachée par l’affaire Clearstream, ne lui permettent pas de jouer réellement dans la « cour des grands ». Il semble ne faire aucun doute que Nicolas Sarkozy sera le candidat unique de la droite en 2012. Jean-François Copé tente bien également de faire entendre sa voix, une petite musique qui se veut différente du sarkozysme. Mais chacun sait que la « jeune garde » se prépare surtout pour 2017. Tous ont un intérêt commun : réussir aux régionales de mars prochain. L’UMP entend devancer significativement la gauche au premier tour pour enclencher une dynamique suffisante au second. La force des scores de l’UMP aux premiers tours peut d’ailleurs créer une interprétation un peu erronée des résultats, comme nous l’avons vu aux élections européennes : la gauche était majoritaire en voix, le seul parti soutenant la majorité présidentielle ne recueillait « que » 28 % des voix mais le camp du Président est sorti vainqueur de l’échéance, devant un PS en peine avec ses 16,8 %.

UNE OPPOSITION EN BERNE

Le dira-t-on assez ? L’une des clés de la réussite de Nicolas Sarkozy, c’est la faiblesse de la gauche. Une opposition qui n’arrive pas à s’opposer efficacement, c’est vraiment du pain béni… La critique efficace est celle qui réussit à donner à voir une autre manière d’appréhender les problèmes, une logique alternative pour l’action publique. Or, pour l’essentiel, la gauche et le Modem concentrent les attaques sur le style, la méthode, le manque de moyens et plus rarement sur le sens et les finalités de la politique de la droite – et sur le terrain du style, c’est finalement François Bayrou qui apparaît le plus radical, toujours prompt à dénoncer la connivence avec les médias ou la présidence « bling-bling » ! La droitisation d’une bonne partie de la « gauche » et la baisse de la conflictualité politique sont passées par là. En cette rentrée politique encore, le Parti socialiste reste embourbé dans ses querelles internes et peine à dégager une ligne alternative audible. Quant à l’autre gauche, si elle parlait d’une seule voix – de manière polyphonique mais cohérente –, si elle faisait durablement cause commune, si elle n’avait plus peur de gagner, Nicolas Sarkozy aurait enfin un adversaire digne de ce nom.

C.A.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://www.tahalabidi-avocat.fr.gd
 
Nicolas Sarkozy. Pourquoi ça marche encore?
الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» Chirac devant la justice : la droite déplore, la gauche satisfaite
» France: Téléchargement : la majorité fait une nouvelle fois défaut à Nicolas Sarkozy
» مقتل بن لادن في صحف أميركية
» France:Piratage du compte de Sarkozy
» Ouverture du marché algérien des assurances aux sociétés françaises

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
 :: 2- آخر الأخبار القانونية و أخبار رجال القانون-
انتقل الى: